BangBang : bangbangblog.com

Through the eye of Mister Zen

Ils sont fous ces Igloofesteurs!

Toma Iczkovits
16 janvier 2012

Les organisateurs de la 6ème édition de l’Igloofest sont soulagés par le bilan du premier week-end de festivités : 19 000 fans de musique électronique se sont déplacés au Quai Jacques Cartier, malgré la température extrême.


Samedi après midi, les téléphones mobiles vibraient à coups de SMS. « -30 degrés!!! Oublie ça! », « T fou y’aura personne! » m’avisaient les détracteurs frileux.

Pourtant, l’ambiance sur place n’était pas plus éteinte que la veille, bien au contraire. « C’est un phénomène qui s’observe d’année en année, confie François Fournier, agent de presse à l’Igloofest. On dirait que plus il fait froid, plus les festivaliers le prennent comme un challenge personnel, une occasion de prouver leur ferveur. »

Pied de nez à l’hiver ou pas, y en a qui poussent le délire très loin que ce soit par la drogue, les tenues fashion, l’alcool ou simplement par la défonce de la musique et de sa danse intrinsèque.

La foule compacte laissait s’échapper un épais nuage de buée témoignant du contraste de température entre l’air ambiant et les danseurs. Au milieu de ce nuage, un jeune homme visiblement ivre de musique a émergé torse nu (sur les épaules d’un ami, probablement). Il y est resté transi pendant plusieurs minutes devant les spectateurs médusés par son insensibilité au froid. L’histoire ne dit pas s’il a callé malade en ce lundi matin…

Ce qui est sûr, c’est que les suits de ski-doos fluos et les manteaux de fourrure de mamie sont une fois de plus revenus à la mode cette année, cherchant fébrilement les appareils photos qui leur feront honneur.

Pour ce qui des vrais amateurs de musique électronique et non des amateurs de fashion contests, ils en ont clairement eu pour leur argent durant ces trois premiers jours de festivités. Le canadien A-Track (l’enfant chéri des Montréalais, dira Kristof G.) a lancé le bal avec force, jeudi soir, alors que le dj berlinois Basti Tiefschwarz a été la tête d’affiche vendredi, dont la prestation est restée incertaine jusqu’au dernier moment, pour des raisons de santé.

French Fries

French Fries

Bizarrement, c’est avec le temps sibérien de samedi que l’ambiance s’est réchauffée. Les DJ français Bambounou et French Fries a attisé la foule avec des rythmes endiablés pendant près de trois heures, avant de laisser toute la place au très attendu Buraka Som Sistema, originaire du Portugal. Les Djs on semblé transmettre le soleil de leur pays d’origine directement aux fans par le tempo. Plus personne ne s’est plaint du froid durant la trop courte performance…

Bambounou

Bambounou

L’Igloofest se poursuit dès jeudi, aux Quai Jacques-Cartier du Vieux-Port de Montréal. L’entrée est de 15$, la programmation sur www.igloofest.ca et le froid n’est pas une excuse valable pour ne pas y aller, qu’on se le dise!

Un commentaire
  • Eric Dumais
    19 janvier 2012

    Hey Toma! Super récapitulatif d’une soirée où je n’aurais pas osé mettre le petit orteil dehors! Tes photos sont magnifiques, « you’re the king man! »

Through the eye of Mister Zen

Toma Iczkovits

Parce que, faute de salaire, on se nourrit de commentaires.

À propos